DES MÉCANISMES DE SURVIE AU PLAN PSYCHOLOGIQUE, , selon Dr.Fischer.

 Les situations extrêmes, malgré la profonde déstabilisation qu’elles provoquent, ne laissent malgré tout pas l’être humain totalement dépourvu. S’il existe des mécanismes de survie pour notre corps, dont le système immunitaire qui protège notre organisme des agressions extérieures, de même que des mécanismes de survie existent aussi au plan psychologique, permettant d’affronter les situations les plus difficiles. Ces mécanismes psychologiques de survie, tout comme ceux de l’organisme, ne se manifestent qu’en cas de sollicitation. Face à une situation radicalement nouvelle, l’être humain doit s’adapter, s’ajuster.

 Ce processus d’adaptation passe par un changement de la hiérarchie des valeurs, un changement de sens. Ce qui était important avant ce passage ne l’est plus ; et d’autres réalités qui ne comptaient pas auparavant deviennent précieuses. Fischer affirme que ce changement des valeurs de l’individu est en même temps une naissance à une nouvelle identité. La personne devient autre dans ce processus.

  Ainsi, l’ouvrage de FISCHER met en évidence la valeur du profond changement qui peut s’opérer dans la personne vivant une situation extrême. Des réserves inexploitées et certaines dimensions de l’individu, parfois les plus élevées, peuvent être mises à jour. Si ceci vaut pour les situations extrêmes, cela vaut à fortiori pour des situations moins extraordinaires, mais néanmoins très douloureuses et traumatisantes.