La quatrième étape du deuil, La restructuration.

La quatrième étape du deuil, La restructuration.

Cette étape commence tout doucement et sans bruit. Elle a, en fait débuté depuis longtemps dans les étapes précédentes. Même lorsque dans la 2ième et 3ième étape nous avons l’impression d’avoir tout perdu, le travail de restructuration a commencé très doucement.

Ainsi, voilà déjà des mois et des mois qu’on se débat dans ce deuil, il dure beaucoup plus longtemps qu’on s’attendait. On a découvert une souffrance que jamais on n’avait éprouvé avant et on est fatigué et épuisé. On se demande si un jour ce deuil aura une fin?On a de plus en plus conscience qu’on portera à vie cette cicatrice.

Le travail de deuil, mené avec soin, se porte garant du ‘’non-oubli’’ Grâce à lui on ne perdra pas toute relation avec le défunt.

Accepter de voir son deuil s’estomper au fil du temps a, pour certains, des allures de trahison. Renoncer à son deuil et à sa souffrance, reviendrait à trahir le défunt. D’une certaine façon la souffrance nous garde en contact avec le défunt, alors elle a quelque chose de rassurante.

Il y a aussi ‘’la douce culpabilité’’ on se sent coupable d’être vivant alors que l’autre est mort. D’une certaine manière on a appris à vivre avec ce deuil et il est tout à fait normal d’avoir peur de le quitter.

La personne en deuil prend conscience qu’elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations liées à toute vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence.

LA QUATRIÈME ÉTAPE ARRIVE AU BOUT DE PLUSIEURS ANNÉES. ET ELLE SE PASSE À TROIS NIVEAUX :

La redéfinition de son rapport aux autres.

Comment apprend-on à vivre dans ce monde où l’autre n’est plus?

 Qui fait quoi maintenant?

Qui suis-je maintenant dans mon environnement social et professionnel?

Comment me regarde ton?

Je ne suis plus la femme de…la fille de…. La mère de…. L’aide extérieur qu’on a reçu ou non de ses proches contribue à procéder à un certain ‘’ménage’’ de son cercle d’amis et de son entourage. On sait qui a répondu présent et on sait qui n’appelait plus. Il y a certaines personnes qu’on a rayées de son carnet d’adresses. Tout comme d’autres ont pris une place qu’on aurait jamais soupçonnée auparavant.

Il se peut que le statut social change du fait du décès et, du coups qu’un autre réseau se crée, ailleurs.( remariage, déménagement, souhait de changer de vie, changer nos relations d’amitié, ou simplement perte secondaires puisqu’on est plus avec les gens que l’on fréquentait… )

Redéfinition de son rapport par rapport à la personne qu’on a perdue.

On vit/ressent quelque chose de l’ordre d’une présence qui ne dépend pas du temps, ni du lieu ; c’est hors du temps et de l’espace. C’est l’expérience d’une présence intérieure de la personne                        qu’on a perdue qui fait qu’on peut s’autoriser parfois à ne pas y penser, car elle est à une pensée de soi. C’est une réalité qui est décrite par les personnes qui sortent enfin de la troisième phase.

 C’est une transformation du lien extérieur qui existait avec la personne, vers un lien intérieur profond. Par exemple, on lui pose des questions ‘’ mais où as tu rangé cet outils?Je ne le trouve pas. Ou en vacances ‘’tu aurais adoré venir ici! La neige est comme tu l’aimais’’ comme si on partageait avec lui nos vacances. Sans le voir venir, on a transformé le lien extérieur à un lien intérieur avec le défunt.

Redéfinition de soi par rapport à soi.

C’est qui je suis devenue en tant que personne dans ce chemin-là. C’est aussi revisité son système de valeur, de croyance et notre spiritualité. Des choses qui avaient de l’importance en ont moins aujourd’hui, et d’autres jugées secondaires prennent maintenant de la valeur. On s’interroge sur l’amour qu’on se porte à soi même. Généralement, on développent souvent une plus grande capacité à prendre de la distance par rapport aux événements de la vie. Une certaine sagesse s’installe, car on sait que tout peut s’arrêter aujourd’hui. On comprend mieux la signification du ‘’ici maintenant’’. C’est le temps où s’installe une philosophie de vie plus douce en essayant de vivre de façon plus authentique, en apprenant à apprécier la simplicité de l’instant. On commence à reconnaître certains gains à ce travail intérieur profond que seul le deuil nous à amené à ce retour au plus profond de soi. Dans tous les cas, c’est une reconstruction. Ce qui est certain c’est qu’on ne redeviendra jamais plus comme avant. On réalise que l’on est beaucoup plus que ce qu’on croyait être.

Un jour, vous découvrirez que votre chagrin aura ouvert en vous de nouveaux horizons, de nouvelles forces et aura donné un nouveau sens à votre vie.

C’est ce que j’appel ‘’Renaître à L’essentiel’’. Sylvie.

Source de l’article, Christophe Fauré.

 

La troisième étape du deuil. Le manque, désespoir et désorganisation.

La troisième étape du deuil. Le manque, désespoir et désorganisation.

Captura de pantalla 2016-04-18 a las 17.27.12

La troisième étape, « Le manque » Aussi appelé « La phase de désespoir et de désorganisation »

Ici Christophe Fauré l’explique très bien,

C’est le temps où on prend douloureusement et intimement conscience de l’irrémédiable et de l’impossible retour de la personne aimée. Durant cette période, on a d’ailleurs très souvent l’impression de faire marche arrière car on se sent beaucoup plus mal que durant les premiers mois. Ceci est complètement normal et il est essentiel de le savoir et de le comprendre. 

La durée.

Cette étape va s’étaler sur un à trois ans, en fonction de qui était la personne disparue (son conjoint, son enfant, son parent…) et des circonstances de son décès (accident, suicide, longue maladie…). La tonalité émotionnelle de cette étape est un vécu dépressif qui oscille en intensité au fil des semaines. 

(suite…)

Deuxième étape du deuil – La recherche ou la fuite

Deuxième étape du deuil – La recherche ou la fuite

bonne e pantalla 2016-02-28 a las 12.44.12

La connaissance des étapes peuvent vous aider à réaliser que le deuil est un chemin et que votre souffrance d’aujourd’hui, évoluera, et s’apaisera au fil du temps. Elles peuvent aussi vous fournir des points de repère et vous rassurer sur ce que vous vivez. Vos réactions ne sont pas “anormales”. 

Cette 2ième étape est l’étape la plus chaotique et effrayante de douleur, elle peut durer de 6 à 15 mois après les premiers mois qui suivent la perte.

  (suite…)

La première étape du deuil – Le Choc

La première étape du deuil – Le Choc

Captura de pantalla 2016-02-22 a las 11.52.47

Pour l’avoir vécu, la perte d’un être cher est une épreuve des plus bouleversante, voir tragique. Les étapes du deuil sont très importantes dans le processus et la transformation du deuil. Afin de mieux les comprendre, nous les verrons une à une. Ces différentes étapes sont des réactions normales dont la durée varie selon le vécu de la personne. Commençons par voir la première si vous le voulez bien.

(suite…)